Le Tour du Larzac en autonomie

Ça devait être Ibiza…. Les billets d'avion étaient réservés depuis Noël, une super offre pour deux à moins de 100 euros Aller/Retour, départ de Barcelone.

Mais ça a été toute autre chose.....

Le 10 avril, nous étions sur le parking de la Couvertoirade, les sacs sur le dos- Eric avec un look "tortue ninja" grâce à la tente 2 secondes et la chienne excitée comme une puce, sautillant partout.

Nous étions sur le point de démarrer une grande randonnée de 60 km sur 3 jours autour du Larzac en autonomie.

PREPARATION DU SAC

La boucle du GR 71 que nous avons choisie, prévoit une étape dans une ville tous les jours, ce qui permet de s'approvisionner en eau et nourriture (ce qui arrangeait Eric qui ne s'est pas chargé plus que de besoin).

Quant à moi, je voulais me nourrir de plantes cueillies sur le chemin.

Nos sacs pesaient entre 17 et 18 kg

Le contenu de mon sac:

900 gr de riz, 300 gr de lentilles, 500g de fruits secs, 3 paquets de 6 gâteaux au chocolat, un oignon, sel poivre, épices, huile d'olive, éponge et liquide vaisselle dans un tupperware, réchaud et gamelle pour cuisiner

Au final les lentilles n'ont pas été mangées et je suis rentrée avec 400 g de riz. J'aurais pu économiser 700 gr de poids

2 changes lingerie, 1 pantalon de rechange, 2 t-shirt, 1 manche longue, 1 polaire, 1 veste coupe vent et coupe pluie, 1 pantalon imperméable, 1 paire de chaussures ouvertes. 1 Sac pour la cueillette, de la paracorde, un firesteel (outil pour faire du feu) mon leatherman (outil multifonction avec pince, couteau ,scie, etc.), une lampe frontale, 1 serviette de bain, le duvet, une bouteille de 1.5 l et ma poche d'eau de 2l, un tapis de sol, la trousse de secours.

ETAPE 1 : La Couvertoirade – Nant environ 20 km

J 1 : 8h45 Le début de notre rando était très agréable. Elle traversait Les Causses dans un paysage superbe et très fleuri au printemps avec très peu de dénivelé et des passages très sympas dans des petits chemins.

Le balisage n’était pas toujours au top et nous aurions eu des difficultés sans le topoguide avec les cartes IGN. De plus le parcours que nous avons choisi faisait une boucle ce qui a failli nous induire en erreur en suivant le balisage dans le sens opposé…..pas top lorsqu'on est en mode tortue avec sa maison sur le dos....

J 1 - 15h30 Première halte à Nant pour remplir nos gourdes et gérer le repas d'Eric et de la chienne, avec un passage obligé dans la petite boulangerie près de l’ancienne église.

En sortant de Nant, nous avons longé le canal qui traversait les jardins, puis en tournant sur la droite, avant le gros dénivelé, nous avons trouvé un petit coin en bord de sentier pour nous poser pour la nuit.

Le soleil était au rdv, la vue magnifique ! J'aime beaucoup ce moment dans les randonnées où on se pose enfin, fatigués mais fiers de l'étape franchie, où on profite du moment en preparant son repas.

Pour l'occasion, mon repas du soir était composé de riz avec un peu d’oignon, des orties et du pissenlit.

Le canal qui longe les jardins à la sortie de Nant

La vue de l'endroit où nous nous sommes posés pour la nuit, en bord de chemin

ETAPE 2 : Nant – à 2 km de l’Hospitalet du Larzac – environ 20 km

Le démarrage le lendemain matin était un peu plus dur vu le dénivelé de 300m sur 2 km qui nous attendait en début de parcours et les jambes un peu douloureuses.

Sur cette partie du GR, le paysage change complètement .

Des passages au milieu d’une forêt, un plateau avec d'immenses champs cultivés et des chemins en ligne droite.

La journée démarre avec un bon dénivelé

Le seul endroit pour pouvoir s’approvisionner entre Nant et L’Hospitalet est La Cavalerie, ville templière, avec un petit supermarché à la sortie de la ville et quelques commerces près des remparts.

Ah oui ! Oubliez tout ce que vous connaissez sur les horaires d'ouverture des magasins et restaurants...... Hors période touristique, beaucoup n'ouvrent que le midi. C'est bon à savoir lorsqu'on prévoit des étapes.....

Pendant la marche, je faisais ma cueillette : orties, ciboulette, coucou, mauve, pissenlit et alliaire.

Le soir, nous avons bivouaqué sur une petite colline à 2km de l’Hospitalet du Larzat, dans un endroit très calme, avec une belle pleine lune juste devant nous.

Eric a été réveillé dans la nuit par un chevreuil qui se baladait dans le coin et la chienne, qui dormait avec nous, en a profité pour se coller à son maître.

ETAPE 3 – L’Hospitalet- La Couvertoirade -environ 20 km

Le troisième jour, les jambes et le dos étaient en pleine forme !

C’est drôle comme le sac peut paraître léger au début de la journée après 2 jours de randonnée.

Le seul endroit pour faire le plein d’eau pour notre dernière étape, était à la fontaine près des WC à l’Hospitalet du Larzac. Ici, ne comptez pas sur un petit café en terrasse ou du bon pain frais. Pour cela il aurait fallu retourner à la Cavalerie, quelques kilomètres derrière nous déjà.

Le début de la randonnée traverse un paysage un peu aride, avec, au loin, une vue sur les collines. Ce jour là il faisait chaud et on marchait sur une ligne droite le long d'un chemin poussiéreux d'environ 7 km, ancienne voie ferrée.

Puis, comme par enchantement, changement de décor ! Nous nous sommes retrouvés sur un chemin typique d'un milieu montagneux, avec des formations rocheuses, des conifères et des endroits pour crapahuter.

Nous avons croisé quelques maisons qui semblaient autonomes, au milieu de nulle part. Il aurait sûrement été possible de leur demander de l’eau ou autre en cas de besoin.

A quelques kilomètres de la fin, un magnifique passage entre les arbres et un chaos rocheux .

C’était tellement beau, nous aurions pu continuer à marcher si nous n’avions pas eu des ampoules sous les pieds pour nous ralentir .

J3 : 16h00 nous apercevions avec fierté le parking de la Couvertoirade, et notre camion.

QUELQUES CONSIDERATIONS :

Pendant les 3 jours de notre randonnée, nous avons croisé un petit groupe de 3-4 randonneurs et quelques personnes par-ci, par-là. Pendant 97% de notre parcours nous étions comme seuls au monde, entourés d’un paysage magnifique. La météo a été sublime et la végétation très fleurie. Le printemps dans les causses du Larzac est à voir absolument.

Nos duvets étaient adaptés pour des températures à 0 degré et nous n’avons pas eu froid.

J’ai pu cueillir des plantes sauvages pour mes principaux repas composés de riz et de plantes cuites avec quelques épices

CONCLUSION

Cette randonnée a été une révélation.

La première fois pour moi avec une marche aussi longue et une évolution en autonomie.

J’ai adoré découvrir le pays à pied, prendre des chemins éloignés de la civilisation, être entourée de beauté à chaque instant et ne pas me soucier de regarder la route.

Être consciente que le poids que je portais sur mon dos était lié à ce que j’avais choisi de mettre dans mon sac.

Cela m'a fait prendre conscience de tout ce dont je peux me charger par peur du manque.

J’ai été en lien avec la pleine lune, le feu du bivouac, l’eau du ruisseau, les plantes qui bordaient le chemin et dont je me nourrissais, mon propre corps, ses douleurs, son énergie.

Le mental avait peu de place, juste un pas après l’autre, un objectif , une présence différente de celle du quotidien, une nouvelle façon d’avancer .

Et l’envie de repartir à pied………

RECAP:

1- Prévoir carte IGN et boussole ou GPS

2- Des duvets chauds

3- Suffisamment de contenants pour l'eau puisque les points de ravitaillement sont peu nombreux

4- Vérifier les horaires de passage dans les villages étape avec les horaires d'ouverture des commerces si besoin

5- Le printemps est une excellente saison pour partir. Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo

mais il peut y avoir des journées et nuitées froides. Ne pas oublier des vêtements chauds et pour se protéger de la pluie

6- Avec Free nous avons eu un réseau très moyen la plupart du temps.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
logo-blanc-menu.png
logo-menu-white.png